Surprenant ! Découvrez la première jeune fille à avoir popularisé le “blackface”

Après le père fouettard, après le ministre des affaires étrangères belges, après un nombre incalculable de soirées étudiantes à travers le monde (mais surtout aux Etat-Unis), le rituel est toujours le même.
Un ou une personne à la peau blanche décide de se peindre le visage en noir. Des associations antiracistes se scandalisent en disant que c’est… raciste. Les auteurs du “blackface” s’excusent vaguement mais rajoutent que « c’était juste pour déconner » et « qu’il ne faut pas être si sensible ». Jusqu’à l’année suivante, ou le mois suivant, où le débat se répète.

Didier Reynders, ministre des affaires étrangères belge, sur “Telematin
Etonnament, le même ministre ne portait pas de grimage à l’heure de rencontrer Joseph Kabila, capture d’écran RTBF

L’occasion peut-être de ressortir un des premiers scandales de blackface de l’histoire. Une jeune fille souhaite se grimer en artiste de jazz. Pour ressembler à un jazzman, c’est bien connu, il suffit en général de deux accessoires : une perruque de type « Marouane Fellaini » et un bon pot de cirage. L’effet est saisissant ! Sans surprise, de nombreuses associations bien-pensantes qualifient la jeune fille de « raciste », alors qu’elle voulait juste rendre hommage à un film et déconner avec des potes.

 

Eva Braun, crédit photo Getty Image

 

Le nom de cette jeune fille ? Eva Braun, maitresse d’Hitler, et soutien joyeux de la solution finale et de l’extermination des juifs. Circonstance atténuante, la photo était justement un hommage à un film d’un réalisateur juif, racontant la vie de tous les jours de la communauté Israélite de Mannathan. Comme quoi, un racisme peut en cacher un autre…

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *