Trois infos à connaître sur Mikhaïl Bakounine ou pourquoi faut-il se méfier des anarchistes

On connait tous le célèbre penseur anarchiste Mikhail Bakounine, contemporain de Marx et tenant de cet oxymoron qu’on nomme socialisme libertaire.  Une utopie certes joyeuse, combinant certains principes de l’anarchisme bourgeois et matinée de socialisme de comptoir. A priori, rien de bien grave et plutôt sympathique, mais quand on sait à quel point le gourou du mouvement était un escroc, difficile de prendre au sérieux (ou en sympathie) un social-libertaire de nos jours.

  1. Bakounine adorait le luxe. Alors que sans argent, son ami Cafiero lui proposait de garder sa petite maison du lac majeur, le “socialiste” Bakounine profita de l’absence de celui-ci pour engager des travaux de grand luxe, qui furent à deux doigts de ruiner le généreux ami. Avant de prêter votre maison, ou simplement un peu d’argent à un socialiste libertaire, repensez-y. Si il se comporte comme leur modèle, vous ne retrouverez jamais.
    Le très “socialiste” lac majeur

     

  2. Bakounine ne respectait rien ni personne, et certainement pas ses engagements. Alors qu’il avait signé un contrat avec un éditeur pour traduire le “Capital” de Marx en Russe, incluant une avance de 300 roubles, il garde l’argent et ne fournit pas la traduction. En guise d’arrangement, son ami le nihiliste terroriste Netchaïev envoie à l’éditeur une lettre de menaces.
    Netchaïev, un des mauvais génies de Bakounine

     

  3. Il était totalement antisémite. Dans ses lettres aux internationaux de Bologne – Pièces explicatives et justificatives no 1 de décembre 1871, il écrit à propos de Marx:« Juif lui-même, Marx a autour de lui tant à Londres qu’en France et dans beaucoup d’autres pays, mais surtout en Allemagne, une foule de petits Juifs, plus ou moins intelligents et instruits, vivant principalement de son intelligence et revendant en détail ses idées. (…) courtiers de littérature en un mot, en même temps que courtiers de finance, ils se sont emparés de toute la presse de l’Allemagne, (…) ils règnent dans le monde de l’argent et des grandes spéculations financières et commerciales : ayant ainsi un pied dans la Banque, ils viennent de poser ces dernières années l’autre pied dans le socialisme, appuyant ainsi leur postérieur sur la littérature quotidienne de l’Allemagne… (…)  Marx se sent invinciblement entraîné, par un attrait instinctif et une admiration respectueuse, vers le génie financier des Rothschild. La solidarité juive, cette solidarité si puissante qui s’est maintenue à travers toute l’histoire les unit. »
    Bakounine légitimait tous les clichés antisémites

     

    Crédit photo: wikimedia commons, Toms Baugis et obbino sur flickr

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *