Science : du yaourt contre la dépression

Alors que 10% de la richesse mondiale est utilisée pour les soins médicaux, et que 13% de la population américaine est sous anti-dépresseurs, le mal-être semble être devenu le nouvel eldorado des compagnies pharmaceutiques et un relais de croissance inespéré pour nos économies à bout de souffle.

D’après une étude récente commissionnée par les grandes entreprises pharmaceutiques, le secteur contribuerait pour plus de 437 milliards de dollars au PIB mondial, soit la taille d’un pays comme l’Argentine. Dans un marché dont les perspectives d’avenir semblent particulièrement radieuses, les ventes de médicaments anti-dépresseurs sont en forte croissance chaque année.

Cependant, d’après les chercheurs, la dépression serait directement liée à bien d’autres facteurs que la prise de médicaments. Parmi eux, le plus surprenant est peut être la flore intestinale. Ainsi, une étude montre que manger régulièrement du yaourt permet de limiter les risques de dépression. D’autres études montrent qu’il est important de le manger bio et peu sucré.

Face à de tels résultats, le silence des médias traditionnels est assourdissant, et il faut bien chercher dans la presse spécialisée pour trouver mention de cet “effet yaourt”. Comme si les nouvelles peut susceptibles de susciter des revenus élevés pour les grandes compagnies étaient systématiquement étouffées.

 

Crédit photo: Frédérique Voisin-Demery sur flickr

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *