Raul Castro en tête des ventes à Cuba

On le sait, ces dernières années Cuba a connu un certain nombre de réformes importantes. Après des dizaines d’années de blocus américain, le président Raul Castro a fait un geste d’apaisement majeur en offrant à Barack Obama d’enterrer la hache de guerre, ce que ce dernier a accepté malgré l’opposition véhémente des ultra-conservateurs de Washington.

Parmi les réformes en cours, une transition vers une économie socialiste de marché, combinant les très nombreux avantages de la planification centrale (soins médicaux, éducation) avec les “signaux” du marché, utiles pour gérer l’économie. Mais aussi des innovations majeures en terme de dette publique dont nous avons déjà eu l’occasion de parler.

La Havana, Cuba. Crédit photo: Bruce Salzwinski sur Flickr

Pareille innovation a eu lieu cette année au salon du livre de La Havane, un des événements majeurs de la littérature hispanophone. Au lieu de laisser le gouvernement ou un de ses organes choisir le vainqueur du prix, c’est le libre marché qui a fait le choix, puisque le prix des lecteurs a été offert au livre en tête des ventes.

Un changement radical? Pas vraiment puisque le vainqueur est un livre sur Raul Castro, preuve que parfois socialisme et économie de marché régulée peuvent faire bon ménage. Et si finalement un gouvernement bienveillant n’était pas si différent d’un marché efficace ? Peut-être que si Cuba s’essayait à l’élection au suffrage universel direct de son président, le vainqueur en serait un Castro ? Ce ne serait pas une première, puisqu’en 2001, Simeon, roi de Bulgarie avait remporté les élections législatives de son pays, devenant le premier leader contemporain à concilier la légitimité du pouvoir de droit naturel et celle du droit des hommes.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *