Quand l’élitisme français crée le bonheur des mâles belges

C’est connu, la France est un pays qui adore les concours. L’élection présidentielle, la foire agricole, les concours de Miss, mais aussi les concours pour rentrer dans l’enseignement supérieur. Qu’il s’agisse des prestigieuses grandes écoles, antichambre du pouvoir et de ses abus, ou de filières plus spécialisées, il est difficile de penser à une formation prestigieuse française qui ne passe pas une forme de sélection à l’entrée.

Un coq vainqueur de concours au salon de l’agriculture

Il existe cependant une filière où ces restrictions sont souvent contournées, et il s’agit des études paramédicales. L’inscription étant libre en Belgique, de très nombreux jeunes étudiants quittent chaque année la France pour un plat pays de cocagne, dans l’espoir d’y décrocher une des places (limitées) réservées aux étudiants français. D’après les chiffres de la communauté française de Belgique, ce ne sont pas moins de 16 000 étudiants Français par an qui débarquent chez Tintin et Milou. Problème, les filières paramédicales sont à 80% composées d’étudiantEs, de telle manière qu’on peut estimer à près de 10.000 le déficit de jeunes filles quittant la France pour la Belgique par opposition aux hommes.

Bientôt les examens !

La conséquence est potentiellement dramatique à un âge où les couples se font et se défont. Les étudiants mâles Belges se retrouvent avec l’embarras du choix de jeunes demoiselles issues d’outre-quiévrain, tandis que les jeunes filles Belges doivent batailler avec la concurrence féroce des demoiselles du Sud, au risque de terminer seules dans un triste estaminet à tenter de se débarrasser d’un peye du plus mauvais gout. Sans parler des ingénieurs français qui, après d’éreintantes années de “prépa” pour intégrer l’école de leurs rêves, se retrouvent face à leur ordinateur le soir de la St Valentin, en se disant que finalement l’orthophonie ça n’est peut être pas si inintéressant que ça…

 

Crédit photo: Frédéric BISSONPetit_louis et Rui Fernandes sur Flickr

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *