Primaires de la droite et du centre: ces électeurs veulent se faire rembourser

Ce qui a commencé par une petite réunion de sympathisants excédés de la droite et du centre pourrait bien s’avérer un casse tête financier pour le parti “Les Républicains”, qui n’avait vraiment pas besoin de ça.

On se rappelle que les 20 et 27 novembre 2016 avait eu lieu la primaire supposée désigner une bonne fois pour toute le candidat de la droite et du centre pour les élections présidentielles françaises. Un exercice démocratique inédit pour une formation plus habituée à la culture du chef, dite “bonapartiste” qu’à étaler son linge sale en public. Un succès cependant au delà de toutes les espérances pour les organisateurs, puisque plus de 4,2 millions de Français s’étaient déplacés pour le premier tour, ainsi que 4,38 millions au second, pour élire François Fillon comme leur candidat.

Chacun de ces électeurs s’étant acquitté de 2euro par tour, plus de 8 millions d’euros ont été récoltés par l’organisation, destinés à soutenir la campagne du candidat désigné. Si l’on ajoute l’appel (assez gonflé il faut le reconnaître) à dons également lancé, nous arrivons à un montant déjà engrangé de 11 millions d’euros en incluant les frais d’organisation !

Seulement voilà, au jour d’aujourd’hui, suite à la mise en examen de François Fillon, l’unité vole en éclat. Chaque jour présente de nouveaux rebondissements, et il est acquis aujourd’hui que les principaux points de la charte de la primaire ne seront pas respectés. En particulier le fait que les candidats “s’engagent, par la présente Charte, à soutenir publiquement le candidat à la présidence de la République désigné à l’issue de la primaire et à prendre part à sa campagne”. Des centaines de soutiens des différents candidats abandonnent le navire, parmi lesquels l’organisateur de la primaire lui-même.

C’est pourquoi ces électeurs, qui souhaitent pour l’instant rester anonymes mais peuvent être contactés via notre journal (redaction <at> lpinews.info), ont l’intention de demander le remboursement de leurs 4 euros, au titre de la loi “Chatel” de 2008, définissant la pratique commerciale trompeuse. En particulier, l’article L.121-1 du code de la consommation dispose qu’une pratique commerciale est trompeuse si les conditions d’utilisation en sont altérées. Il est fort probable que cet article s’applique à la primaire, permettant à chaque électeur de la droite et du centre non satisfait d’exiger le remboursement. En effet, il ne s’agit pas d’une élection gratuite (et donc sans garantie), mais bien d’une élection payante pour lequel implicitement le bénéficiaire du payement s’engage à respecter le contrat passé avec l’électeur. Pour le moment, d’après une analyse financière récemment parue dans la presse, le seul bénéficiaire de ses dons est François Fillon, au point que l’on se demande si ce n’est plus la seule et dernière (juteuse) raison pour lui de rester dans la course…

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas un rassemblement autour d’un autre candidat que François Fillon qui changera la donne, puisqu’il s’agirait là encore d’un contournement de l’offre commerciale de la primaire.

 

Crédit photo prétexte : EPP et Andrew Magill sur flickr

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *