Moches à gauche et beaux à droite… c’est scientifiquement prouvé !

Ce qui passait jusqu’il y a encore peu de temps pour de la démagogie ou du populisme est désormais scientifiquement prouvé : Les personnes élues considérées comme belles sont plutôt à droite de l’échiquier politique, là où les personnes considérées comme plutôt moche sont à gauche. Explications.

Selon une étude publiée dans le numéro de février du Journal of Public Economics, les politiciens conservateurs (de droite donc) seraient plus beaux que leurs homologues progressistes (de gauche) aux États-Unis et en Europe.

C’est désormais prouvé : aux élections, les candidats jugés les plus séduisants remportent en tendance davantage de voix chez les électeurs aux «connaissances politiques» limitées ou consommateurs de programmes de divertissement (beaucoup la télévision.) Plusieurs études vont même jusqu’à établir un lien de causalité: les hommes et femmes politiques séduisant(e)s attirent leur électorat justement parce qu’ils ont un physique engageant. Cette réalité confirme donc une évidence : le lien entre conservatisme (droite) et beauté. La preuve biologiquement expliquée est que les beaux se situent  du bon côté de l’existence et sont moins enclins à défendre la redistribution des richesses ou la diminution des inégalités sociales – pour résumé : des projets dits de gauche.

Pour concevoir un modèle mathématique prédictif, des chercheurs de l’Institut suédois d’économie industrielle et de l’IFO allemand ont examiné plusieurs élections démocratiques en Europe et aux Etats-Unis.  Par exemple, dans les élections municipales de certains pays –caractéristiques d’un scrutin à «bas niveau d’information»– un seul degré de beauté supplémentaire garantit aux candidats conservateurs (“droite”) une moyenne de 20% de votes en plus, contre seulement 8% pour leurs adversaires progressistes (“gauche”). Dans les élections législatives (“haut niveau d’information”), où les électeurs sont censés être mieux informés et moins faire reposer leur choix sur des critères aussi primitifs, le bonus beauté équivaut tout de même à 14% de voix supplémentaires, mais l’omniprésence des mêmes candidats politiques à toutes les élections, qu’elles soient locales ou nationales renforce la supériorité physique des candidats de droite à tous les niveaux.

Voici quelques exemples tirés de l’étude sur le physique des chances concernant certains pays (de “gauche” à “droite”) :

France : François Hollande (PS) et Laurent Waucquiez (LR)

Belgique : Rudy Vervoort (PS) et Alexandre De Croo (Open VLD)

Italie : Romano Prodi et Silvio Berlusconi

Etats-Unis d’Amérique : Bernie Sanders (Démocrate) et Donald Trump J. (Républicain)

Autriche : Alexander Van Der Bellen (Ecolo) et Norbert Hofe (Quasi Nazi)

Seule valeur aberrante de l’étude : Paul Magnette, du Parti Socialiste belge

Serait-il de droite ?

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *