Dieu rend-il agressif ?

En ces temps de terrorisme et de violence tout azimut, une question se pose. Et Dieu dans tout ça ?

On ne vous apprendra rien en vous disant que de nombreux terroristes ont commis ces dernières années des actes criminels au nom de l’Islam, mais aussi du  Christianisme, du Judaïsme, du Bouddhisme ou même des Mormons.

Un mormon, vecteur d’insécurité ?

La question qui reste en suspens est cependant la suivante: faut-il surveiller les religions, vecteurs de violence, ou est-ce simplement les gens violents qui prennent la religion comme excuse ? Quand on sait que chaque année, nos Etats consacrent des milliards pour assurer la surveillance des citoyens, parmi lesquels une partie va à payer des agents pour s’asseoir dans des mosquées et écouter des discours extrémistes, la question est légitime.

Le café des frères Abdeslam à Molenbeek, crédit photo Google Maps

Pour répondre à la question du rôle de la religion dans la violence, des chercheurs d’université américaines et européennes ont collaboré pour étudier la manière dont les individus, religieux ou non, réagissent à des textes agressifs enjoignant de tuer au nom de Dieu. Sans surprise, les résultats de l’étude sont très loin de jouer en la faveur de la religion, qui semble bien avoir un rôle déterminant. Après avoir lu un texte de l’ancien testament enjoignant de tuer une tribu par vengeance, les individus religieux avaient une forte tendance à se montrer plus ouverts à l’agressivité et à la violence qu’après la même histoire de violence, mais sans caution divine.

Mais que se passe-t-il quand un fou religieux potentiel n’est pas pratiquant ? Il est par exemple de notoriété publique que les frères Abdeslam, de triste réputation, géraient un café de Molenbeek-Saint-Jean sponsorisé par une célèbre marque de bière, et connu comme une plaque tournante du traffic de cannabis. Pendant que nos pandores s’endormaient à écouter les prêches du vendredi, les futurs terroristes se reprenaient une pils de 50cl et un gros joint, n’ayant probablement que peu de sourates à citer pour se justifier. Et ce d’autant plus que le premier réflexe post-attentat du cadet de la fratrie fut de consommer un bon gros burger capitaliste américain et une bonne dose de shit très peu halal.

Au delà de cette anecdote, une étude de chercheurs du MIT et de l’Université Notre Dame nous montre que, sans religion, les individus religieux ont une forte tendance à devenir alcooliques et violents. En effet, aux Etats-Unis, dans les Etats ayant autorisé l’ouverture des Shopping Malls le dimanche, ceux-ci ont entrainé une forte concurrence avec la religion, entrainant une baisse de fréquentation des Eglises et des dons aux associations religieuses. A noter que seuls les gens ayant l’habitude de fréquenter les Eglises ont été sujets aux effets négatifs en terme d’alcool et de violence.

En conclusion ? Entre un alcoolique ou un toxicomane qui tue au nom de Dieu, ou quelqu’un qui le fait en ayant lu les textes, il y a peu de chances que les victimes voient la différence. Par contre, il est fort probable que consacrer des millions à surveiller des mosquées soit aussi peu utile de les utiliser à surveiller des cafés.

 

Crédit photo: Karl-Ludwig Poggemann et Patrick Denker sur Flickr

Comments

comments

One Reply to “Dieu rend-il agressif ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *